ActualitéActualité

Actualité

Dévoilement d’une étude sur l’usage du numérique dans les entreprises manufacturières

2017-06-02_CEFRIO.jpgLe 30 mai dernier, Québec International et le CEFRIO dévoilaient les résultats d’une grande étude sur l’utilisation du numérique dans l’industrie manufacturière de la région de Québec en présence du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. François Blais.

Dans la région de la Capitale-Nationale, cette industrie génère 29 800 emplois et 7,8 % du PIB régional. Son rôle est donc important, et son développement, tout autant.

Voici un aperçu des divers constats tirés de cette enquête.

 

Usage du numérique par processus d’affaires

Il existe plusieurs outils numériques aptes à soutenir les ventes, le marketing, la conception de produits, la production, les approvisionnements, la logistique et la gestion d’entreprises. L’étude évalue le taux de pénétration d’une vingtaine de technologies associées à quatre grands processus d’affaires.

  • Une vaste majorité de manufacturiers utilisent les technologies numériques de base (site informationnel, médias sociaux, etc.), avec des taux variant de 57 % à 87 %;
  • Les technologies à plus forte valeur ajoutée (logiciels de gestion, robotisation, site transactionnel, etc.) sont cependant moins courantes, avec des taux de pénétration se situant entre 12 % et 51 %;
  • Les manufacturiers font rarement un usage intensif de leurs technologies, usage qui leur permettrait de gagner en performance;
  • Les exportateurs font une utilisation accrue de l’ensemble des technologies numériques avec un degré d’intensité supérieur.

2017-06-02_front_complet.PNGNiveau de maturité numérique

L’enquête a permis de définir un référentiel de maturité numérique pour situer et pour guider les entreprises dans leur évolution. Le classement est constitué de 5 niveaux :

1. Artisanal
2. Discipliné
3. Intégré
4. Prédictif
5. Autonome

D’après l’étude, 81 % des manufacturiers se situent à l’un des 2 premiers niveaux, dont 62 % dans la catégorie « Discipliné ». Diverses observations ont également été relevées en lien avec le type d’entreprises et ces niveaux de maturité numérique :

  • Exportateurs/Non-exportateurs
    • 5 % des non-exportateurs atteignent l’un des 3 niveaux les plus élevés alors que 33 % des exportateurs sont dans cette situation.
    • 28 % des non-exportateurs ne sont pas engagés dans la transformation numérique (présentement au niveau « Artisanal »).
    • 24 % des exportateurs se situent au degré « Autonome ».
  • Moins/Plus de 20 employés
    • 7 % des petites entreprises atteignent l’un des 3 niveaux plus élevés alors que 40 % des plus grandes y parviennent.
    • 25 % des plus petites entreprises sont au niveau « Artisanal ».
    • 29 % des plus grandes entreprises ont atteint le niveau le plus élevé.

L’usage du numérique en soutien à l’exportation

L’étude nous apprend aussi que l’usage du numérique a le potentiel d’aider les manufacturiers exportateurs à accroître leurs avantages concurrentiels et leurs ventes hors Québec. En effet, l’enquête soulève que les exportateurs affirment que les technologies numériques facilitent :

  • la conception et la fabrication de produits dans 83 % des cas;
  • les activités de ventes hors Québec dans 79 % des cas;
  • l’expédition de produits hors Québec dans 78 % des cas.

De même, 76 % des exportateurs font un lien entre l’usage du numérique et la performance de leurs ventes hors Québec.

 

Études de cas

Dans le cadre de l’enquête, 5 études de cas avec des entreprises manufacturières de la région ont également été réalisées. Ces études abordent en profondeur l’utilisation du numérique dans ces organisations, et mettent en relief des pratiques performantes et inspirantes.

Pour plus d’information

Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page